Maximiser ses ventes en magasin avec un minimum de commande.

Minimum de commande, maximum de ventes. 

#1 Une réflexion de marque 

Les fabricants décident du minimum de commande d’abord en fonction de leur offre. Ce calcul diffère donc logiquement d’une marque à l’autre. Pour un kit d’initiation aux dessins contenant 10 modèles et un prix de gros inférieur à 10€, le montant minimum de commande est fixé à 100€. À l’inverse, une gamme plus large avec des prix constatés supérieurs proposera en toute logique un montant de commande plus élevé. Pour fixer ce « quota », les marques tiennent également compte des contraintes financières et des spécificités de leur réseau de distribution. Ainsi, les détaillants multi marques et concept-stores bénéficient le plus souvent de kits d’implantation aux coûts raisonnables et adaptés à leurs espaces. 

#2 Une représentation incitative en point de vente

Les marques racontent une histoire à travers des produits uniques et authentiques, tout en apportant des concepts innovants sur leur marché. Le minimum de commande permet une représentation suffisante en magasin pour exprimer un univers et une spécificité de gamme. Le succès de certaines marques de soins cosmétiques ou hygiène-beauté repose ainsi sur la création de catégories par âge, par type de peaux / cheveux, ou encore par rituels. Le minimum lié au kit d’implantation correspond à la profondeur de gamme nécessaire pour faire comprendre le concept et donner envie au consommateur, avec un choix suffisamment représentatif pour adresser sa problématique.

#3 Un choix réfléchi des magasins

L’expertise et le succès des magasins indépendants issus du commerce local repose sur leur capacité à concevoir un espace avec une identité forte, unique et spécifique. Grâce, notamment, à une sélection pointue de marques et de produits complémentaires qui vivent et cohabitent dans un univers cohérent. Les minimums de commande garantissent un choix réfléchi et pensé globalement pour maximiser le potentiel de ventes de chaque marque, les unes par rapport aux autres et les unes avec les autres. 

#4 Un effort de vente conjoint

En respectant les minimums de commande, marques et magasins s’engagent à fournir un effort supplémentaire pour optimiser leurs ventes auprès du consommateur final. Les marques accompagnent les magasins avec des outils d’aide à la vente, tandis que les magasins fournissent un investissement financier aux risques limités, avec la reprise possible des invendus. Avec une marque bien (re)présentée, le magasin physique reprend toute sa valeur ajoutée : conseiller, faire voir, sentir, toucher le produit et ses déclinaisons.

#5 What if … ?

Que se passerait-il si un même minimum de commande tiré à la baisse s’imposait indifféremment à toutes les marques ? En dehors des marges impossibles à tenir pour des nouvelles marques, il est fort à parier que leurs produits se retrouveraient noyés et dépouillés de leur histoire. À l’encontre de ce que recherche le consommateur du commerce local. 

 

Étiquettes:

Laisser un commentaire