Marine Gallet présente Bass Paris

Interview Marine Gallet, Directrice Développement de BASS Paris, boutique de jouets et objets insolites depuis 1969.

Visiter le magasin BASS Paris, c’est retrouver son âme d’enfant, chiner dans la malle aux jouets d’une boutique appartement aux airs haussmanniens, et entendre le parquet grincer ses 50 ans d’histoire. Cette histoire, c’est celle d’un collectionneur qui ouvre sa boutique de jouets et objets insolites en 1969 pour faire découvrir aux parisiens les jeux éducatifs et intemporels des grandes maisons artisanales européennes. En 2018, l’entreprise TROUSSELIER reprend le flambeau autour de valeurs partagées : la qualité, l’esprit familial, l’éducation, les souvenirs et le rire. 

La boutique bleue de la rue Saint-Jacques, encore située à son adresse historique, est une référence dans le quartier des jardins du Luxembourg. Marine Gallet, responsable développement du magasin, nous emmène dans les coulisses d’une institution qui a su innover dans la tradition, diversifier son offre et ses modes de distribution, renouveler son merchandising pour continuer à faire rêver petits et grands. 

Boutique Bass - Spoted

Les Bass Girls :  Bertille, Marine et Pétronille 

L’histoire et la philosophie BASS 

En parallèle de sa vie de banquier, François Basselier parcourt le monde en famille pour chiner des jouets originaux et de qualité. Dans les années 60, il crée le catalogue BASS & BASS et devient distributeur de jouets répondants à un savoir-faire unique, avant d’ouvrir cette boutique en 1969. Suite à sa retraite, la société Trousselier rachète le catalogue BASS & BASS ainsi que la boutique. BASS Paris propose des jouets et objets bien faits, nostalgiques, et esthétiques avec fonction éducative. L’idée d’une transmission de génération en génération est restée très présente : les adultes font redécouvrir leurs propres jouets. 

Jouets Bass - Spoted

Jouets @bass (site internet)

« Passionnée par l’artisanat et admirative des savoir-faire, j’ai immédiatement eu le coup de cœur pour cette boutique à l’ancienne. Elle ressemblait à une maison de famille avec une grande malle au trésor ! »

Pourquoi avez-vous rejoint cet univers ?

C’est une reconversion ! J’évoluais dans l’univers du luxe, au développement des collections. Lorsque la Directrice Générale de Trousselier, Amélie de Jarnac, m’a fait découvrir par hasard la boutique que sa société venait de racheter, le coup de cœur a été immédiat. C’est un endroit où l’on se sent comme à la maison, entourés de jouets d’hier et de toujours et de beaux objets. Les clients viennent flâner, trouver un cadeau pour faire plaisir, demander conseils, et retrouver des souvenirs d’enfance. Je recherchais une aventure entrepreneuriale, et j’ai la chance de gérer de A à Z le projet de cette belle boutique avec une sacrée équipe (Flore, ma sœur au tout début, Pétronille, Hind et Bertille).

 « Nous formons une équipe avec une très forte relation de confiance, dans la lignée des histoires familiales BASS et TROUSSELIER. »

Racontez-nous vos débuts

En collaboration avec Charles et Amélie de Jarnac (respectivement Président et Directrice Générale de Trousselier), nous avons d’abord rénové la boutique Bass Paris. Puis chiner de la décoration dans des brocantes. J’ai élargi l’offre pour toute la famille : réveil et montres adultes et enfants, paniers, vaisselle artisanale, bijoux, accessoires … Nous avons mis en place le logiciel de caisse et de stock JDC. Il a fallu inventorier toute la boutique, référencer une centaine de marques, créer les fiches produit : un chantier énorme qui, aujourd’hui, automatise la gestion de nos 5300 références. Nous avons créé le site e-shop en avril 2019, avec l’aide de Pétronille qui est devenue mon bras droit pour la gestion de la boutique au quotidien. 

« Construire un site e-shop est essentiel pour avoir une vitrine on-line qui complète notre boutique physique. C’est un investissement important car l’univers du jouet est devenu très concurrentiel sur Internet. »

Comment avez-vous construit votre site e-shop ? 

L’aventure entrepreneuriale nous oblige à apprendre tous les jours, il n’y a pas de routine ! Nous avons travaillé avec l’agence Beau market et fait venir Fanny, chef de projet pendant 4 mois. Le plus difficile est de refléter notre histoire sur écran : nous devons sélectionner les références boutique les plus adaptées à l’univers on-line. Avoir un site e-shop est nécessaire sur le long terme pour rester visible, c’est aussi un travail de fond. Nous avons travaillé avec l’agence Tube2com pour optimiser notre référencement avec des mots-clés. L’objectif est de former une communication 360º cohérente entre Instagram, l’e-shop, la boutique et les ateliers. Par exemple, choisir le thème de la ferme et le décliner sur tous nos supports de communication. 

« Chez BASS, la majorité des visiteurs nous demandent conseil, cette mission centrale a créé une proximité réelle avec nos clients. » 

La boutique BASS Paris s’étend sur un espace vente de 100m2 au rez-de-chaussée. Comment s’organise votre merchandising ?

Nous avons poussé des tables pour fluidifier le trafic et notamment permettre la circulation des poussettes. Nous ré-agençons régulièrement, une fois toutes les 3 semaines. Un espace joliment présenté et clairement ordonné facilite les recherches, même si nos clients adorent l’effervescence autour du grand déballage de cartons ! Nous créons des thèmes avec des univers cohérents, comme les loisirs créatifs pendant les vacances de février, un thème nature et herbier très bientôt…. La cohérence visuelle est aussi très importante, comme la mise en avant de produits rouges pour la Saint Valentin. Nous avons également créé une signalétique de gamme avec des tableaux encadrés, ajouté des étiquettes à la main pour décrire l’offre, les prix et la provenance. Pendant les soldes, je garde un espace clairement délimité de produits soldés au sein de chaque univers. En librairie, Villana laisse un commentaire sur chaque livre, c’est une aide à la vente personnalisée supplémentaire

Signalétique et livre avec commentaires

Quel est le parcours client ?

Nous l’avons imaginé comme une petite ballade à la maison, en définissant un parcours par univers. Le client débute par les produits les plus recherchés : les cadeaux de naissance, avec les célèbres doudous et boites à musique Trousselier. Il passe ensuite dans une petite pièce (ma préférée !) des bibliothèques librairie, papeterie, loisirs créatifs, billes et petits jeux, anniversaires. Une dernière grande pièce ouvre sur l’univers des jouets, classés par catégorie d’âge. On y trouve les jouets d’hier et de toujours : les peluches Kösen, faites à la main en Allemagne, ou les célèbres reproductions miniatures de jouets anciens qui se remontent à clef, fabriqués par la famille Wagner depuis 1945. Ces répliques plaisent aux plus jeunes comme aux collectionneurs. Le parcours se termine avec l’offre famille (bracelets, barrettes, vernis enfants, vaisselle, objets décoration…) et le thème de la saison.

 

Univers librairie, peluches et famille 

Comment repérez-vous de nouveaux produits ?

Au début, j’ai beaucoup recherché via Instagram. Puis dans les salons, notamment Maison & Objet et Nuremberg. Pour dénicher le petit artisan qui travaille dans l’ombre, j’arpente les allées mille fois, jusqu’au dernier moment ! Je crée des plans d’assortiment par âge et catégorie (loisirs créatifs, jouets de construction, jeux de société, décoration…). C’est aussi un travail d’équipe. On peut se challenger avec Amélie et Charles ou Pétronille, nous avons tous des goûts différents. Même si je commence à bien connaître également nos clients et ce qui leur plaît. Je fonctionne principalement au coup de cœur, comme récemment à Nuremberg pour un fournisseur Sri Lankais qui produit des figurines d’animaux en bois à la main. Joli, bien fait, éthique et solidaire : tous les ingrédients sont réunis. 

Quels sont vos critères de sélection ?

Le respect des normes chez BASS Paris est un fondamental, notamment la norme européenne EN71 et tout ce qui concerne la sécurité des moins de 3 ans. Je regarde avant tout l’esthétique et la fonctionnalité. Notre sélection est principalement réalisée en France et Europe. Nous restons ouverts à des fournisseurs étrangers pour autant que le savoir-faire et le respect des normes soient au rendez-vous. Nous cherchons à innover dans la tradition, en apportant une sélection d’objets et jouets intemporels bien faits au sein d’une boutique traditionnelle. 

Qui sont vos clients ?

Nous avons des grands-parents en quête de conseils, des mamans qui recherchent des nouveautés dans la sélection famille, des habitants ou personnes qui travaillent dans le quartier des collectionneurs, mais aussi des touristes attirés par le côté boutique traditionnelle à la française. Certains viennent après avoir vu une nouveauté sur Instagram où nous avons une petite communauté de 1300 followers très fidèles. 

L’univers du jouet est aujourd’hui très concurrentiel. Comment le commerce de proximité peut-il trouver sa place ?

Amazon n’est pas que la bête noire. Cela nous force aussi à nous réinventer, à toujours apporter de la nouveauté et du conseil. La boutique physique doit proposer une expérience nouvelle et inédite. Avec un vrai lien humain. Ce que recherche de plus en plus nos clients. Nous partageons notre passion et nos trouvailles chez BASS Paris. En essayant d’avoir régulièrement des nouveautés pour que la visite de nos clients soit différente à chaque passage.

Comment fonctionnez-vous avec Spoted ? 

Pour les fournisseurs déjà référencés, je passe maintenant par Spoted pour bénéficier du paiement à 60 jours, ce qui me donne deux mois pour vendre mon stock. J’achète en quelques clics, et je suis toujours curieuse de découvrir les nouveautés. Avec une sélection enfance plus étoffée, Spoted est un moyen supplémentaire de découvrir de nouveaux fournisseurs et de rester à l’écoute des dernières tendances

Quels sont vos objectifs pour 2020 ?

Nous aimerions développer et animer davantage l’espace ateliers qui est une source supplémentaire de trafic en boutiques. Ces rencontres autour des thèmes du savoir-faire, de l’enfance et de la transmission ont beaucoup de succès, les gens aiment se réunir, échanger et apprendre un savoir-faire. Je recherche des petites marques pour animer ces ateliers une fois par mois. La marque gère l’événement, sur lequel je communique par newsletter, par Instagram et par bouche à oreille. 

atelier cathoretro

Photos Instagram @BASS_Paris : atelier broderie pour adultes avec @cathoretro 

Thèmes variés : philo et dessin @lacarabane, dessin @By.bm, vente solidaire des @lesaiguillesdemossoul, tricots pour bébés et accessoires faits à la main par des réfugiés irakiennes…

Sur un marché de l’enfance en pleine mutation, quelles sont les nouvelles exigences des consommateurs ?

Les clients sont attentifs à la provenance, et parfois étonnés que leurs marques référentes produisent en Chine. Chez BASS, nous connaissons parfaitement nos fabricants avec qui nous échangeons au moins un fois par an. C’est pour cela que nos clients nous font confiance. Par ailleurs, les parents recherchent maintenant un produit durable, d’où le succès des jouets en bois. Ils sont aussi plus exigeants en termes de jouets éducatifs. Nous rappelons toujours l’importance du respect de l’âge recommandé pour que l’enfant puisse grandir et s’amuser. 

Comment gérez-vous vos communications sur les réseaux sociaux ? 

Je suis spontanée, je fais donc beaucoup de stories sur nos actualités, sans jamais avoir recours à du payant. Je veille à toujours répondre à nos clients. Instagram est un moyen de communication direct très important, au-delà de tout le reste.

Quels conseils aimeriez-vous partager ?

Ne pas hésiter à partager notre sélection entre commerçants. Nous connaissons bien nos clients pour adapter notre offre. Pour tout ce qui concerne la communication autour du magasin, il faut savoir s’adapter et rester ouvert aux nouvelles opportunités business. J’ai ainsi récemment découvert Trouva, qui propose de livrer du petit commerçant jusqu’au client final. Même si la boutique physique réalise la plus grosse partie de notre chiffre d’affaires, nous restons ouverts et multicanal.  

Marine et Pétronille font main BASS sur les vitrines !

Repérer les petites marques, les intégrer, mettre en place en boutique, mettre à jour l’e-shop, travailler les vitrines… Marine a trouvé son bras droit de choc ! Après une formation en design, un IUT Technique de Commercialisation et une licence pro Entrepreneuriat, Pétronille rejoint BASS Paris avec le projet d’ouvrir un jour sa boutique. Créative dans l’âme, on lui a demandé conseil sur son sujet préféré : les vitrines !

    • Renouveler les vitrines régulièrement pour présenter les nouveautés ou remettre en avant des produits existants auprès d’une clientèle de quartier
    • Faire avec le budget et les moyens du bord : à vos cartons et ciseaux, cf. la jolie vitrine BASS de rentrée !
    • Privilégier les décors spectaculaires dans les vitrines à forte visibilité
    • Décliner le thème vitrine en boutique : les clients intimidés ont besoin de se repérer visuellement, un parcours simple les aide à naviguer seul
  • Éviter les thèmes trop « tendances » mais faire différemment, en s’intéressant au regard de l’enfant 
  • Choisir des thèmes de saison : la montagne ou les loisirs créatifs pendant les vacances de février, avec des petits prix attractifs
  • Concevoir tables et panneaux de présentation comme une vitrine
  • Bouger, bouger et encore bouger : la boutique change de visage d’une semaine sur l’autre 

Photos des vitrines de Noël, de la Saint-Valentin et de l’Automne.

Hashtags: #boutique #bassparis #kids #jouets #vintage #nostalgie #savoirfaire #spoted #retail #local #wholesale 

Rédaction : Céline Fontaine Sainfleuret

Étiquettes:

Laisser un commentaire